Un mois déjà que nous avons quitté Paris pour emménager à Bordeaux ! « Déjà » ou « seulement », ça se discute, tant j’ai le sentiment que ma vie parisienne est loin derrière moi, alors même que j’y retourne régulièrement pour répéter (et en profite pour voir les copains au passage).

Avant le départ

Parisien candidat au départ habitué à lutter pour trouver un nouveau toit, prépare-toi : ce sera sensiblement la même chose à Bordeaux. Oui. Pardon.

J’admets que la grosse différence, c’est que pour le même prix, tu doubleras ta surface d’habitation. En revanche, côté disponibilité des biens, tu repasseras, nous avons finalement eu LE coup de bol de l’annonce Facebook du pote de pote de pote cherchant des locataires et avons peu eu à nous battre pour défendre notre dossier face à 10 ou 15 autres couples en CDI. Je préfère simplement te prévenir que personne ne t’attend ici, prépare ton numéro de charme.

Vue Chartrons Bordeaux

Oui, ceci est une des vues de notre appart aux Chartrons sous le ciel d’octobre. Tu peux crier.

Nous avons troqué notre studio de 30 m2 contre un T3 de 70 m2 tout équipé très bien situé.

Bien sûr, nous l’avons découvert le jour de l’état des lieux après avoir littéralement harcelé notre nouveau propriétaire pour qu’il retienne notre candidature – distance oblige, nous ne visitions nos potentiels appartements que sur photos, ma petite soeur sur place ayant seulement vérifié leur conformité aux annonces.

Pour un déménagement Paris-Bordeaux, quel que soit le volume de ton bordel, OUBLIE les déménageurs. J’y ai pensé aussi, le coût m’en a très largement dissuadée. Cher-et-tendre est ainsi descendu en train à Bordeaux, remonté avec un camion de location que nous avons rempli à Paris avec quelques amis (MERCI encore), puis est redescendu avec avant de le rendre au point de départ. C’est la solution la moins chère, ne sous-estimez toutefois pas le prix des péages sur la route (qui, nous avions omis ce détail, tient compte du volume du véhicule – sic). Ni la fatigue du conducteur.

Les premiers jours à Bordeaux

Je ne suis descendue que quelques jours après le camion et le grand mec, ayant eu entre-temps à assister à un congrès.

Nous avons par conséquent eu avec un léger décalage le coup de blues du « oulala, ça y est, on est parti ». Les quatre premiers jours sur place, comme à chaque déménagement, je ne me sentais pas du tout chez moi et n’osais pas sortir. C’est un avantage et un inconvénient de travailler de chez soi : on n’y est pas du tout obligé. Le hasard du calendrier faisait que je devais remonter sur Paris dès le 5ème jour, je n’ai donc qu’à peine eu le temps de faire semblant d’essayer.

Lors de mon premier retour à Paris, énorme coup de blues. Pourquoi sommes-nous partis, déjà ? Je me retrouve comme une andouille, nostalgique dans un métro que je maudissais pas plus de deux semaines plus tôt. Je réalise aussi que c’est fait, nous nous étions dit que nous tenterions un an à Bordeaux, tentons un an Bordeaux. Je redescends avec beaucoup d’appréhension.

C’est le grand mec, cette fois, qui doit partir quelques jours, et je me retrouve seule dans le grand appartement tout rangé. Bon. Alleluia, le monsieur du wifi vient me permettre de ne plus être au chômage technique, je suis de nouveau connectée au monde extérieur. Je parviens encore à peine à me localiser dans Bordeaux, alors que je n’ai toujours pas bougé de chez moi, mais je vais bientôt devoir le faire, je n’ai quasiment plus rien à manger.

Coup de pied au cul de Bibi par Bibi, sortons. Et trouvons un moyen de se déplacer facilement.

Je vois des vélos absolument partout depuis que nous sommes arrivés, je décide donc de tenter le VCub (équivalent du vélib parisien, vélib sur lequel on a du me voir à peu près deux fois en sept ans à Paris parce que je tiens à ma vie).

Borne Vcub

Première surprise : les bornes sont super simples à utiliser, en trois clics, on s’inscrit (pour 24h, une semaine, un mois ou un an) et on libère son vélo. Deuxième surprise : le vélo est bien plus léger que le vélib. Troisième surprise : cette ville est magnifique.

Cette. Ville. Est. Magnifique.

En ville à Vcub

 Personne ne m’aurait crue sans les photos. Aurel sur un vélo, et à qui ça plait. Effet Bordeaux je suppose. Avec l’appli « Bordeaux Pratik », tu peux même savoir quelles sont les bornes de Vcub autour de toi et combien de vélos y sont dispo. Nice.

La mauvaise surprise, c’est le très faible taux d’endroits où faire tes courses. Oui, à Bordeaux et en tous cas aux Chartrons, quand tu n’as pas de voiture, tu ne peux pas compter sur un Daily Monop ou un Carrefour City accessible à pieds. Le plus proche de chez nous est un 8 à 8 dont les prix feraient pâlir le plus malhonnête des petits épiciers parisiens, le suivant est accessible à deux stations de tramway et c’est un immense E.Leclerc. J’ai tenté un méga comparatif de supermarchés livrant à domicile, oubliez, tous font seulement du Drive (tu passes chercher tes courses en voiture après avoir commandé en ligne), sauf Monoprix qui te facture la livraison et dont les prix sont déjà les plus chers.

Je pars donc en mission E.Leclerc sur mon VCub. Ne riez pas :

VCub et courses

Au moins, à Bordeaux, tu bouges.

Le point positif, c’est qu’en termes de produits frais, tu as TOUT ce que tu veux. Il y a des marchés partout tout le temps. Grand Mec est ravi.

Ce premier tour de courses finit de me convaincre que désormais, Bordeaux, ce sera à vélo pour moi, de jour comme de nuit, et surtout de nuit puisque c’est à la tombée du jour que cette ville passe de magnifique à somptueuse. Mais quel bonheur.

Non, on ne me fera pas prendre le tramway pour autre chose que me rendre à la gare avec ma valise.

Quand je m’aperçois (enfin) que Bordeaux, c’est au bord de l’eau (patate), comment vous dire… vous voyez cette impression d’être un peu en vacances toute l’année ? … Pareil. Il y a une douceur de vivre ici qui te fait comprendre ce que signifie « qualité de vie ».

IMG_3821    IMG_3831

Le bilan à J + 1 mois

– Un grand tour à la fête foraine qui se tenait à deux pas de chez nous

Bordeaux fête foraine

– Le ciel est bleu, il fait super bon, il pleut bien moins que ce à quoi je m’attendais (Bordeaux ville la plus pluvieuse de France, ouais ouais)

– J’ai arrêté de maudire les moustiques (oui, moustiques TOUTE l’ANNEE ICI) qui nous empêchaient de dormir jusqu’à ce que nous ayons cédé et acheté les prises-anti-moustiques-que-tu-pensais-ne-devoir-acheter-qu’en-vacances. En octobre. Et en novembre.

– J’A-DO-RE mon quartier.

– J’A-DO-RE chaque nouveau quartier que je découvre, ses jolies petites rues, ses jolies petites places, mille bars et restaus à découvrir, et des gens souvent agréables et ouverts. Plus détendus, tout simplement.

cropped-Profile-picture.jpg

– Je n’imagine pas UNE seconde à ce stade revenir un jour vivre à Paris. Pas. Une. Seconde. Pas mal d’amis m’avaient dit qu’ils craignaient, me connaissant, que Bordeaux soit trop petite pour moi, je pense au bout d’un mois avoir encore quelque temps à y passer avant d’en avoir fait le tour et de m’en être lassée.

– Je me déplace encore obligatoirement avec mon iPhone en mode géolocalisation et l’impression que tout se ressemble, de sorte que je me perds très très régulièrement. Elle n’est pas si petite que ça, cette ville.

– Amusant de découvrir qu’on connait toujours plus de monde qu’on ne le pense. Hormis ma soeur avec laquelle je vais faire du sport, j’ai retrouvé ici des potes de potes, et ce n’est que le début. Les évènements et occasions ne manquent pas du tout pour rencontrer du monde, sans compter les potes parisiens qui commencent à booker leur venue :)

On s’habitue vite à l’espace, cette lumière, ces lumières, ce charme… et très vite, on peut difficilement s’en passer.

A suivre !

Taggé sur :

25 commentaires sur “Le premier mois d’une (ex) Parisienne à Bordeaux

  • Pingback: En quête d'épicerie japonaise et coréenne à Bordeaux

  • Pingback: Le premier mois d'un (ex) Bordelais à Bordeaux - Pourquoi Bordeaux

  • Pingback: 17 couveuses, accélérateurs, incubateurs et pépinières d'entreprises à Bordeaux

  • Pingback: Bordeaux par le cofondateur de SamBoat

  • Pingback: Un Pavé dans la Mare

  • 24 février 2015 à 21 h 32 min
    Permalink

    hello Aurel,

    Je découvre aujourd’hui votre blog qui fait tout à fait écho à ce que nous devrions vivre d’ici quelques mois.

    Parisiens d’adoption, nous envisageons depuis pas mal de temps d’investir Bordeaux, et devrions avoir une réponse d’ici quelques jours …
    Nous connaissons les Chartrons pour y être passés plusieurs fois et avons eu également un gros coup de coeur pour ce quartier.

    Merci pour votre blog, nous ne manquerons pas de suivre vos prochains posts, et conseils, et croisons les doigts pour vous « rejoindre » au plus vite …

    Répondre
    • 25 février 2015 à 11 h 21 min
      Permalink

      Génial ! N’hésitez pas à nous contacter à votre arrivée, APERO ! APERO !! :)

      Répondre
  • Pingback: Bordeaux, le compromis idéal selon Nicolas, créateur du Beau Biclou

  • Pingback: Ostéo pas cher à Bordeaux (rime riche) - Pourquoi Bordeaux

  • Pingback: Pique-Nique au Jardin Public - Pourquoi Bordeaux

  • 1 juillet 2015 à 8 h 41 min
    Permalink

    Bonjour,
    J’ai trouvé votre article très intéressant, et j’ai moi même vécu une expérience similaire (heureuse) en tant que Parisien qui est arrivé sur Bordeaux. Je suis arrivé il y a six mois (j’ai 27 ans).
    Avant ça j’ai été expatrié pendant 4 ans pour raison professionnelle dans une autre ville du sud est de la France (que je ne citerai pas) et le choc culturel a été si fort que non seulement
    – j’ai fini par craqué
    – j’ai tout quitté (job, région, logement, meubles)
    – j’ai décidé de vouer toute mon énergie à développer un site internet destiné aux Expatriés Régionaux nommé WeComFrom http://www.wecomfrom.com (qui sert entre autre à rencontrer des personnes de sa région d’origine près de son nouveau domicile ex: rencontrer des Parisiens à Bordeaux). Je me suis permis de mentionner votre article sur le site http://www.wecomfrom.com/index.php/journal?id=212 .
    Pour ma part, je conseille vraiment Bordeaux ! J’y suis très très bien, je revis ici. La ville est super cool, les relations sociales beaucoup plus faciles (appero sur les quais, déplacement en vélib etc j’adore).

    Répondre
  • 14 juillet 2015 à 13 h 50 min
    Permalink

    Je me retrouve beaucoup dans ton article.
    Voilà 2 ans (déjà) que nous avons quitté Paris pour Bordeaux et je continue de découvrir cette ville magnifique. Moi non plus, je sais que je ne pourrai jamais retourner à Paris, je ne suis pas prête à perdre la qualité de vie que l’on a ici. Mais le seul point noir vient de l’intégration souvent difficile.

    Je continue ma lecture de ce blog pour découvrir encore et toujours.

    Répondre
    • 14 juillet 2015 à 15 h 17 min
      Permalink

      ça sent l’apéro ! ou le diner carrément (on est sur Vizeat ) ?

      Répondre
      • 14 juillet 2015 à 16 h 04 min
        Permalink

        Ah mais carrément (mais bon je préfère prévenir on a un enfant de presque 3 ans et pas de famille pour le bbsitter dans le coin) ^^).

        Je viens de m’inscrire sur Vizeat. T’as mon adresse mail. :)

        Répondre
        • 14 juillet 2015 à 16 h 25 min
          Permalink

          Même pas peur, nous attendons notre premier ;)

          Répondre
          • 14 juillet 2015 à 16 h 27 min
            Permalink

            Han, toutes mes félicitations ! :)
            Et bien tu as mon adresse mail, on se fait un truc quand vous voulez.

  • Pingback: Moules, frites et flamenco Chez Alriq - Pourquoi Bordeaux

  • 21 juillet 2016 à 10 h 59 min
    Permalink

    Bonjour,

    Merci beaucoup pour ton article fort intéressant ! Je vais prochainement être dans le même cas que toi ( et beaucoup d’autres ! )

    En lisant ton article, mon amie et moi sommes 100 fois plus motivés pour rejoindre Bordeaux !

    Je lis bcp d’articles sur l’intégration parfois « difficile » des nouveaux arrivants, comment avez-vous vécus votre intégration ?
    As-tu eu des coups de cœur d’autres quartiers qui font penser à certains quartiers de Paris ?
    Encore bravo pour ton blog.

    Matthieu

    Répondre
    • 22 août 2016 à 8 h 09 min
      Permalink

      Merci Matthieu pour ton message et désolé pour la réponse tardive : vacances, bébé et boulot font qu’Aurel et moi mettons un peu de temps à répondre aux messages que nous recevons sur Pourquoi Bordeaux.
      L’intégration difficile des nouveaux arrivants à Bordeaux relève selon nous d’un vieux mythe. Bordeaux souffre encore de sa vieille image de belle endormie aux réseaux opaques et hermétiques. Son nouveau dynamisme a attiré une nouvelle population désireuse de créer ses propres réseaux : du coup, comme à Paris, l’intégration se fait surtout entre nouveaux arrivants. Après c’est vrai que nous avons l’avantage d’être indépendant. Par expérience d’autres amis, nous savons qu’il est plus difficile pour un salarié de trouver un emploi sur Bordeaux et sa région.

      Nous vivons dans les Chartrons, le quartier des antiquaires qualifié à tord, de Marais bordelais. Personnellement, je crois beaucoup au développement du quartier de Bacalan, au nord de Bordeaux, ancien quartier maritime en pleine reconversion. Les avis sont partagés mais je t’invite à y jeter un oeil pour te faire ta propre opinion. Le quartier le plus en vue en ce moment est le quartier Saint Michel. Quartier d’immigration en plein gentrification, il a selon moi, su résister et garder son identité. Pour combien de temps ? L’avenir nous le dira mais c’est un quartier super avec bar et restos à foison et surtout le marché des Capucins.

      Encore merci pour ton message et à bientôt peut-être à Bordeaux !

      Antoine.

      Répondre
  • 4 octobre 2016 à 16 h 06 min
    Permalink

    Bonjour,

    On raconte qu’a Bordeaux il pleut beaucoup est ce un Mythe ou une réalité ?

    Par exemple comparé à la région parisienne ?

    Merci

    Répondre
    • 12 octobre 2016 à 9 h 38 min
      Permalink

      Bonjour Laurent,

      Effectivement, Bordeaux est une des villes où il pleut le plus en France.
      Je vous invite à vérifier par vous même ici : http://www.meteofrance.com/climat/comparateur
      Vous verrez par contre que le taux d’ensoleillement est lui aussi plus important à Bordeaux qu’à Paris… en fait on s’approche plus d’un climat tropical à Bordeaux ;-)

      Merci pour votre message et à bientôt,

      Antoine.

      Répondre
  • 13 octobre 2016 à 6 h 37 min
    Permalink

    Bonjour Antoine,

    Je te remercie pour ces informations, je félicite également les auteurs du site qui je trouve à un bon contenu. Je serais prochainement de passage sur Bordeaux pour visiter la ville…..

    Répondre
  • 24 novembre 2016 à 17 h 26 min
    Permalink

    Salut Je trouve le quartier des chartrons super sympa et très vivant par rapport à d’autres quartiers de bordeaux. Si tu veux te faire une belle manucure va ou je vais désormais manucure pedicure bordeaux et tu as aussi plein de boutiques bio et n’oublie pas la rue des broquanteurs

    Répondre
  • Pingback: Où acheter votre vélo à Bordeaux ? - Pourquoi Bordeaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *