Ouais je vieillis. Comme vous tous d’ailleurs.

A Paris ou à Bordeaux, nous allons tous mourir, vieux, malades, tatoués et sans retraite. Mais voilà, je veux vieillir debout et si possible avec plein de cheveux blancs sur la tête et au bord de la mer. En bon bobo de Bordeaux que je suis devenu, ma recette de princesse c’est le yoga. Je vous recommande cette pratique, c’est ludique et il y a plein d’effets secondaire super cools. Je vous recommande également de vous dépêcher de vous y mettre car bientôt votre nouveau conseil général frontiste en interdira la pratique pour « activités corporelles non celtes ». Remarquez, on sera obligé de faire du yoga clandestin dans des caves comme au temps de la prohibition : le comble de la hypitude.

Mais voilà, pour prendre soin de mon dos douloureux, parce qu’inconsciemment je dois porter tous les malheurs du monde,  j’ai décidé de prendre le problème à bras le corps (enfin en faisant attention à mon dos) et de prendre rendez-vous chez l’Ostéopathe.

A Bordeaux, il y en a plein (non, toute la Province n’est pas un désert médical). Il y a en même tout un tas qui font de l’ostéopathie pré et post-natale. Bien que je présente tous les symptômes d’une couvade précoce, je ne tombe pas dans le panneau tout de suite surtout à 65 euros la séance non remboursée par la sécurité sociale.

Donc je fouille un peu et je tombe sur la clinique pédagogique du Collège d’Osthéopatie de Bordeaux. On m’annonce une séance à 20 euros. C’est en plein centre ville (Quinconces) et on me promet que c’est encadré et que bien que vous soyez manipulé par des étudiants avides de Saint-Patrick night et de plans Tinder, cette histoire est sérieuse.

Je me dis alors que pour 20 euros je ne prends pas trop de risque et j’obtiens un rendez-vous une semaine après mon coup de fil. Premier bon point.

J’avoue que dans la salle d’attente, je ne fais pas le malin.

Lundi, 18h30, il n’y a personne. Le mec à l’accueil fait semblant de travailler devant son écran d’ordinateur, j’entends deux étudiantes se marrer dans la salle à côté et il n’y a que des Challenges à bouquiner. L’horreur. Absolue.

10 min de retard. Mon étudiant a dix putain de minutes de retard. Je me dis qu’il a du oublier. Qu’il s’est fait coller. Qu’il a noté son rendez-vous en rouge au lieu du vert habituel, « merde le rouge c’est pour Tinder ». Sueurs froides. Et puis deux autres personnes arrivent dans la salle d’attente. Deux femmes souriantes qui ont l’air détendues. Pour vous dire un peu mon état de stress et de suspicion, je suis persuadé à ce moment-là que ce sont des complices de la clinique, de fausses patientes payées pour faire croire que tout va bien dans ce laboratoire pour étudiants dégénérés.

Et puis les deux qui se marraient tout à l’heure viennent les chercher. Sourires. On se serre la main. Ces gens jouent quand même vachement bien la comédie.

– M. Veteau ?

Ne pas répondre, ne pas répondre. Ne.Pas.Répondre.

– Oui !

Je me lève comme un petit soldat.

Voilà. Je vous présente Margaux.

Elle est toute petite, elle a des lunettes rondes : c’est un mix étrange entre ma petite soeur et le cousin de la belle. Et aussi surprenant que ça puisse paraître à celles et ceux qui les connaissent, ça me rassure. Un peu.

Elle me fait entrer dans une salle de consultation austère mais propre avec vue sur le Grand Théâtre (maintenant je peux dire que j’ai été en caleçon devant le Grand Théâtre #intégration). Premier entretien. Je lui déballe tous mes bobos (les vrais, pas les copains). Elle prend des notes assidûment. Elle anticipe même certaines de mes phrases ce qui me donnent la désagréable impression de ne pas être un cas clinique extraordinaire. Je m’installe sur la table de consultation, ce qui me gêne un peu à cause des sueurs froides de tout à l’heure mais bon, il faut qu’ils apprennent ça aussi.

Et là, le grand soulagement.

Elle fait exactement les mêmes gestes que l’Ostéopathe que j’avais consulté à Paris. Elle pose à peu près le même diagnostique en y ajoutant deux trois déplacements osseux supplémentaires. Elle m’explique dans le détail et avec beaucoup de pédagogie ce qui ne va pas et ce qu’elle va faire. J’essaie de lui poser des questions pièges car le sujet m’intéresse et elle a réponse à tout. Bref. 1h plus tard, j’ai complètement oublié que j’avais à faire à une étudiante. 1 semaine plus tard, ça allait beaucoup mieux et 1 mois plus tard, je revenais pour la consultation de contrôle qui vous est offerte.

Ok, ok. Je n’ai que des petits bobos de bobos. Donc justement pour les cas cliniques extraordinaires, je ne sais pas ce que ça vaut mais je suis à peu près certain que ces petites têtes blondes bien pleines auront l’intelligence de vous orienter vers un autre praticien si ils ne le sentent pas. Pour le reste, vous rendez service à une école et à ses étudiants qui apprennent en pratiquant et qui finalement n’ont plus grand chose à apprendre. Le tout sans vous ruiner et sans faire des kilomètres si vous vivez dans le centre ville. Donc go !

Infos pratiques :

COS Osthéopathie

1 rue de Condé

33000 Bordeaux

Sur rendez vous uniquement : 05 56 39 53 81

Ouvert du lundi au vendredi de 8h30 à 20h et un samedi par mois.

20 euros la consultation (10 euros en tarif réduit)

Site web : ici.

La consultation de contrôle qui a lieu 3 semaines, 1 mois après votre 1ère consultation est offerte.

Bordeaux à la carte :

Taggé sur :        

4 commentaires sur “Ostéo pas cher à Bordeaux (rime riche)

  • 23 mars 2015 à 11 h 14 min
    Permalink

    Le début « bouh bouh bouh » du mec qui va chez le doc ça me rappelle le jour où tu m’as dit que t’allais mourir (alors que t’allais juste chez le médecin pour un gros rhume), que je t’ai répondu que tu partais pas non plus en Afrique subsaharienne et que tu m’as fait exploser de rire en me disant « euh… je vais à Château Rouge »

    Répondre
    • 23 mars 2015 à 12 h 21 min
      Permalink

      J’avais vraiment mal…

      Répondre
  • 30 mars 2015 à 15 h 00 min
    Permalink

    On sert un plat et on se serre la main …

    Répondre
    • 30 mars 2015 à 15 h 05 min
      Permalink

      Merci ;-)

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *