Paul's place

On poursuit notre tour des pubs bordelais avec un OVNI situé en bas de chez nous : Paul’s place.

Mais pourquoi y a t-il autant de pubs à Bordeaux ? Je ne vais pas vous faire un cours d’histoire et vous rappeler, cancres que vous êtes, que Bordeaux a été anglaise et qu’elle ne porte pas dans son coeur le jacobinisme parisien. J’ai ma propre théorie sur le sujet. Nos amis britanniques aiment le brouillard, l’humidité et le bon vin. Je crois surtout qu’ils apprécient la lumière bordelaise qui offre des couchers et des levers de soleil dignes de leur peintre préféré : William Turner (n’allez pas voir le film de Mike Leigh, c’est une merde innommable, même à l’Utopia). Vous trouverez d’ailleurs sur les quais de Bordeaux des attroupements d’Anglais à l’heure où le soleil se couche ou se lève s’écrier les bras levés en faisant crépiter leur glaire hivernale « Sun is god » (oui, bon ok pour comprendre cette joke il va vous falloir voir le film de Mike Leigh). La scène est à la fois drôle, déroutante et… écoeurante.

Paul's place Bordeaux

Mais revenons à notre ami, Paul.

Paul est grand, flegmatique comme tous les Britanniques. Il a la parole rare mais efficace, mi anglaise – mi bordelaise, il rit de ses propres blagues d’un léger sourire entendu. Il est âgé Paul et lors de notre passage, il était enrhumé. Vous vous en foutez sûrement mais je vous mets dans l’ambiance. En fait Paul, c’est le Bill Murray du quartier. Excentrique et cultivé, décalé et charmant. Les livres traînent un peu partout dans la salle de son restaurant, parce qu’il est important de lire pendant votre tea time et parce que lorsqu’il y a du brouillard à Bordeaux, vous n’avez rien de mieux à faire. CQFD.

Paul's Place Bordeaux

Paul's Place Bordeaux

Comme Bill, Paul est une star attachante et discrète. Surprenante aussi. Les murs de son pub sont recouverts de vieilles photos et parfois il arrive que les clients s’oublient dans les assiettes de Paul distraits qu’ils sont par les histoires qu’ils s’inventent en regardant les photos. Mais Paul s’en fout.

Paul's Place Bordeaux

L’assiette justement. Cheap, simple, efficace, hachis parmentier, fish n’chips, salade.

Je n’ai pas encore réussi à savoir qui était en cuisine. Sa femme ? Son fils ? Sa girlfriend ou son boyfriend ? Who is the cooker ? Fuck yeah, it’s a fairy mystery ! Mais quelque soit la forme de cette fée, elle cuisine bien et simplement. Je ne vais pas vous mentir, elle ne va pas non plus vous faire décoller de votre siège, même si le crumble et le cheese cake sont à tomber. Tout du moins, vous ferez un tour au pays imaginaire mais ça, c’est grâce à Paul et sans vous ruiner.

Paul's Place Paul's place Bordeaux Paul's place Bordeaux

Paul, c’est Peter Pan. Il ne l’admettra pas mais j’ai bien vu que malgré son âge, il ne voulait pas grandir. Pire ! Il a colonisé la ville avec ses enfants perdus. Le Molly Malone’s c’est la même bande figurez vous ! Sauf que chez Paul, on ne monte pas sur les tables, on disserte calmement avec son pisse-mémé sur Joyce et Wes Anderson. Rien à voir, vous me direz puisque le cinéaste est Texan. Absurde ? C’est vrai mais au moins ça vous donnera une bonne raison de venir aux Chartrons.

Ah et un truc que j’ai oublié de vous dire : à côté du pub sur la rue Notre-Dame, il y a une caisse remplie de livre et vous pouvez vous servir. Ouais c’est gratos.

IMG_0095

Infos pratiques

76 rue Notre Dame

33 000 Bordeaux

Formule à midi de 9 à 13 euros.

Cliquez sur la carte pour la parcourir !

Cliquez sur la carte pour la parcourir !

Taggé sur :                    

Un commentaire sur “Il est beau ton pub Paul

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *