Une des petites contrariétés lorsqu’on débarque dans une nouvelle ville, ce sont les poubelles et le tri sélectif.

Chaque commune en fonction de ses équipements et de son mode de collecte des déchets a ses propres règles et il est facile de jeter le mauvais emballage dans le mauvais bac parce qu’on a gardé ses anciennes habitudes.

Je suis un maniaque du tri (cf article précédent sur le sujet) et à la maison nous nous sommes lancés dans une démarche « presque » Zéro Déchet. Depuis cet été, nous avons la chance d’avoir un jardin : nous avons donc installé un composteur gentiment prêté par Bordeaux Métropole. Aurel fabrique son shampoing et ses cosmétiques et on fait de moins en moins nos courses dans les supermarchés qui vendent des produits sur-emballés. Nous privilégions donc les magasins de vrac comme la Maison Hegara cours Portal ou Day by Day rue Fondaudège. On fait notre marché via la Ruche qui dit Oui et on récupère notre commande le mardi Cours Balguerie,  le jeudi matin quai des Chartrons il y a le marché bio et le dimanche, même lieu, même heure on crâne et on essaie de ne pas trop se faire plumer, la sociologie du quartier ayant curieusement changé les étiquettes des chalands. C’est de bonne guerre.

La ruche qui dit oui

Des habitudes de bobos friqués parisiens ? Penses-tu !

On dépense autant voir moins qu’avant pour notre budget alimentation. Manger mieux avec moins d’emballage ce n’est pas une question d’argent, c’est d’abord une question de temps et de choix. Et du temps, oui, on en consacre et d’autant plus depuis que nous sommes parents. Le patrimoine le plus important que nous transmettrons à nos enfants c’est notre planète et j’en suis à un point où à chaque fois que je jette le film plastique entourant le pack de bouteilles d’eau pour les biberons, j’ai l’impression de massacrer des bébés dauphins par millier et de planter un coup de poignard dans le dos de nos chers têtes blondes.

Mais au fait, pourquoi ce film plastique on ne peut pas le jeter dans le bac vert ? Pendant ma première année de néo-bordelais je l’ai fait. Je me disais, c’est du plastique après tout ils s’en accommoderont. Je me disais aussi qu’à force de jeter des emballages normalement pas triés, peut-être que la Métropole prendra la mesure à bras le corps et étendra ses consignes de tri à d’autres emballages.

En fait non. Et c’est même le contraire qui se passe : plus vous triez mal vos déchets, moins bien ces derniers seront triés. En d’autres termes, quand vous pourrissez votre bac vert avec des déchets qui ne devraient pas y être, vous avez de fortes chances que les déchets qui eux avaient bien leur place, passent à la trame du recyclage et se retrouvent enfouis (mal) ou incinérés (très mal).

Alors on fait quoi ?

En attendant que nos élus prennent le problème à la hauteur des enjeux et investissent dans des centres de tri et de recyclage capables de valoriser une plus grande partie de nos déchets et en attendant que les industriels et la grande distribution arrêtent de sur-emballer leurs produits au nom du marketing et de la soi-disant « demande client » nous pouvons :

  • mieux trier en respectant scrupuleusement les consignes.
  • mieux consommer en achetant des produits moins emballés ou emballés avec du recyclable.
  • gagner des places de ciné en jetant ses bouteilles en plastique… Wait ? What ?

C’est quoi Yoyo ?

Yoyo - zéro déchet

Et sinon il existe des initiatives privées plutôt sympa comme Yoyo. Constat : on trie mal, on recycle mal. Pour s’assurer que nos bouteilles et emballages plastiques soient bien recyclés, Yoyo vous propose de les jeter à part dans leurs sacs oranges. Vous remettez vos sacs à votre « coach » (uyne boutique ou un particulier de votre quartier) et à chaque sac déposé vous accumulez des points qui vous permettent de gagner des places de concert, de ciné ou une entrée au Stade par exemple. Au-delà des récompenses vous êtes sûr que vos bouteilles sont correctement triées (et envoyées à Bègles) et que ces dernières sont recyclées en circuit court dans la région (en l’occurrence Bayonne).

Pas mal non ? Ayant deux bébés et une grande consommatrice de soda à la maison, nous en jetons pas mal des bouteilles : après quelques semaines d’utilisation, nous avons accumulé assez de points pour nous offrir une séance de ciné à l’UGC (et quand on connaît les tarifs pratiqués par ces grandes enseignes, c’est pas de refus).

Tentés par l’expérience ? C’est ici que ça se passe : YOYO

Envie d’en faire plus pour réduire ses déchets : on vous conseille ce super bouquin.

Zéro déchet

Tenter d’y voir clair dans les consignes de tri de Bordeaux Métropole, c’est .

Consignes de tri Bordeaux Métropole

Taggé sur :                

4 commentaires sur “Déchets à Bordeaux : nous sommes toutes et tous des porcs !

  • 28 novembre 2017 à 15 h 41 min
    Permalink

    Génial cet article, je connaissais Yoyo mais je n’ai pas encore sauté le pas : je ne consomme ni eau en bouteille ni soda… Ils ne recyclent que les bouteilles ?

    Répondre
    • 28 novembre 2017 à 16 h 02 min
      Permalink

      Merci Anaelle pour votre message.
      Ils recyclent les bouteilles et flacons transparents portant le logo PET 1 (triangle avec le 1). Voici plus de précisions : https://www.yoyofrance.com/quest-ce-que-je-trie/

      Nous recyclons aussi les gel douches, les bouteilles de jus de fruits transparentes par exemple.

      N’hésitez pas à les contacter pour plus d’infos : ils sont très sympas et réactifs !

      A bientôt,

      Antoine.

      Répondre
  • 29 novembre 2017 à 19 h 56 min
    Permalink

    Tri sélectif = pléonasme: Du tri non-sélectif, ça n’existe pas…

    Répondre
    • 30 novembre 2017 à 16 h 23 min
      Permalink

      Bonjour,

      Merci pour votre lecture attentive ;-)

      A bientôt,

      Antoine.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *