Rue Notre Dame des Chartrons

Il y avait du monde en bas de chez nous ce week-end.

Les brocanteurs de la rue Notre Dame des Chartrons ont fait croire à tout le monde qu’ils bradaient. Pire, ils ont installé des terrasses un peu partout pour que nous flânions en nous alcoolisant. Et avec quoi ? Du bourru, du vin pas fini pour les novices. Bon ok, grosso modo c’est comme un jus de raisin qui pétille un peu et qui aurait l’alcool traitre. Notre quartier fêtait donc le vin nouveau et les antiquaires. Cool.

Oui cool, parce que tout Bordeaux est venu nous rendre visite. Je me suis donc mis sur mon 31 : barbe de trois jours et bretelles.

Bon, ça ne fait que 3 semaines que je vis dans le quartier. Je snobe l’inauguration by Monsieur le futur maire de la France, Alain Juppé. J’ai dîné avec lui il n’y pas si longtemps que ça, j’estime que notre relation vaut mieux qu’un vulgaire bain de foule, même aux Chartrons. Je ne descends donc qu’en fin d’après-midi quand les esprits sont déjà un peu échauffés sur la place de l’Eglise Saint-Louis, le coeur du quartier.

Sadiques, les amateurs de jus de raisin attachent des enfants à des élastiques et les font se balancer de haut en bas jusqu’à épuisement de l’hyperactif. Je fais mine de ne rien voir et de ne point m’offusquer sur ces nouvelles méthodes de dressage. Je déambule donc rue Notre Dame des Chartrons, mon vieux Nikon en bandoulière. Je fais semblant de m’intéresser aux bibelots, mmmm cette cafetière… mmmm… Et puis tiens là, ça swingue. Balaise. Je fais des photos des jupes qui s’envolent. Balaise.

Brocante aux Chartrons

Brocante aux Chartrons Brocante aux Chartrons

Mais trêve de plaisanterie. Il est 19h et j’ai soif.

Retour à l’Eglise où l’administration épiscopale a autorisé l’érection d’un distributeur de vin de messe nouvelle. Il y a foule mais je parviens à me faufiler au milieu de tous ces assoiffés qui agitent leur tête en rythme en écoutant les Napkings, un groupe de mecs déguisés en gavroche et qui font du jazz et du blues comme des aristochats.

C’est là je crois que tout dérape. Au comptoir, il y a ce mec, trentenaire barbu presque comme moi, Parisien installé à Bordeaux depuis peu presque comme moi et bossant dans l’audiovisuel presque comme moi. Et puis sa nana, mère de son fils et déjà maman d’un plus grand, arrive. Elle me raconte son amour du Cap-Ferret, tout comme moi, et du dernier film de Xavier Dolan, pas tout à fait comme moi. Tout le monde finit par s’asseoir à la même table. Les bouteilles se vident et les chaises en plastique commencent à s’empiler. Je manque de trébucher sur un bouchon et direction le Wine and Soul tout à côté car nous avons faim et que nous n’avons plus rien à boire.

Brocante aux Chartrons

Wine and Soul - Chartrons Brocante - Chartrons

Du bar, je ne vous en dirais pas plus ici. Le commentaire des tapas c’est .

Le bourru commence à faire salement son effet. Nos nouveaux amis d’un soir nous ont quitté prématurément car l’ivresse était trop forte.

A l’intérieur du bar à vin, s’agitent les lapins d’une soirée anniversaire dont le thème était « Chic et drôle ». J’avais mes bretelles et de très bonnes blagues. Et puis de toutes façons, tout le monde se connaissait : ma soeur, ma guide bordelaise pour la soirée, a retrouvé par le plus grand des hasards dans cette assemblée déguisée quelques-uns de ses amis.

Une bouteille, deux bouteilles, brouillard.

Le lendemain sera plus calme et au soleil d’un dimanche d’automne et le soir à l’Utopia, il y avait le dernier Dolan.

Cliquez sur la carte pour la parcourir !

Cliquez sur la carte pour la parcourir !

Taggé sur :            

2 commentaires sur “Un bourru, des bourrés et des bretelles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *