What the fuck !!! Oh my… Oh my fucking god ! C’est trop cool !

Et voilà des cheveux frisés blonds qui sautent dans tous les sens. C’est à peu près ce que m’a dit Glwadys en découvrant les Vivres de l’Art. Pourquoi s’exclame t-elle en anglais, pardon en US américain ?

1- Pour se la péter, genre moi j’ai voyagé aux States, excuse-moi.

2- Pour s’entraîner à communiquer avec son mec imaginaire, un Américain de Seattle qu’elle est allée rejoindre lâchement parce que Bordeaux is too frenchie.

Glwadys Le Moulnier

Mais donc à l’époque où elle était un peu moins péteuse, nous nous baladions une fin d’après-midi d’hiver dans les faubourgs nord de Bordeaux. Pourquoi ? Parce que c’est le bordel, le grand chantier autour de ce qu’on appelle les Bassins à Flot ou le bien nommé quartier de Bacalan. Oui, bien nommé parce que le quartier aurait pris ce nom des pêcheurs qui partaient au large de Terre-Neuve pour aller pêcher la Morue, la Bacalau. Je veux vous entendre pousser un grand Aaaaaaaahhhh.

Merci.

Donc pour résumer, les Bassins à flot, c’est l’ancien port industriel situé au nord de Bordeaux où les Allemands ont construit une grosse base sous-marine pour cacher leurs sous-marins, merveilleux exemple de la maîtrise du béton armé. Longtemps laissé à l’abandon, la Mairie et les promoteurs immobiliers de tout poil se sont penchés sur le quartier. Résultat ? Des grues partout, des immeubles à l’architecture… innovante, et la future Cité des Civilisations du Vin, entre autres. Donc un paysage assez surréaliste qui mélange le XVIIIème siècle pré-industriel, la seconde guerre mondiale, un quartier populaire et les futurs barres HLM HQE¹ all green avec caca recyclé : les photographes qui sommeillent en nous adorent, surtout quand le soleil nous offre une lumière turnérienne² par dessus le marché. Sun is fucking God !

Bacalan - Bassin à Flot - Bordeaux Bacalan - Bassin à Flot - Bordeaux Bacalan - Bassin à Flot - Bordeaux

Bacalan

Vous avez le tableau ? Revenons donc au sujet de ce billet, notre découverte des Vivres de l’art.

Après le pont Chaban-Delmas et le chantier de la Cité des Civilisations du Vin, en continuant de suivre les rails du tram B, vous allez tomber sur une place, une sorte de petits parcs avec des sculptures en métal rouillé. Et vous allez voir des enfants jouer avec. Alors qu’il ne sont pas encore vacciné contre le Tétanos. Glwadys aurait bien joué les infirmières mais ça la faisait trop marrer de les voir jouer avec le canon à particules contre leurs parents.

Comme vous êtes curieux, vous allez voir ce qu’il se passe au fond de la place et bim ! Des ateliers d’artistes ! Et notamment, Philippe Meyer, sculpteur sur bois qui était là et qui nous a raconté un peu son Christ. Pendant ce temps Glwadys jouait sur son cheval à bascule. Je lui ai demandé d’arrêter, elle ne m’a pas écouté.

Un peu plus loin, dans un des deux pavillons qui encadrent la place, il y a l’atelier de Jean-François Buisson qui est un peu le maître des lieux et surtout le créateur de ces sculptures rouillées sorties d’une BD d’Enki Bilal. Mais c’est quoi cet endroit ?

Jean-François Buisson justement. Voilà le coupable !

Habitant et amoureux du quartier des Morues il décide en 2003 d’investir ces pavillons situés au début de la rue Achard et d’y installer son Atelier. Le tout avec une autorisation de la mairie alors propriétaire des lieux. Et comme c’est plutôt cool ce qu’il fait et que le bonhomme a l’ambition de transformer la place en résidence d’artistes, la mairie a décidé de signer avec lui un bail emphytéotique en 2009. WTF ? Y a t-il un juriste dans la salle pour nous expliquer ce que c’est. Hop ! Je sors ma carte « Aurel Daniel » qui travaille dans le salon. Et donc ?

« C’est un bail de 9 ans non ? J’ai oublié. Je ne sais plus ! »

Ok. Wikipédia ?

Un bail emphytéotique est un bail immobilier de très longue durée, le plus souvent 99 ans mais pouvant atteindre 999 ans dans des États tels que le Kenya ou en Rhodésie, qui confère au preneur un droit réel sur la chose donnée à bail, à charge pour lui d’améliorer le fonds et de payer un loyer modique, les améliorations bénéficiant au bailleur en fin de bail sans que ce dernier ait à indemniser le locataire (appelé emphytéote).

La situation des parties, dans un bail emphytéotique, est particulière puisque l’emphytéote se voit reconnaître un droit réel sur le bien qui lui est donné à bail. L’emphytéote est un quasi-propriétaire du bien qui lui est donné à bail.

A un « 9 » près, ma belle l’avait. Je suis tellement fier. Donc Jean-François Buisson est un artiste emphytéote – autrement dit, il est plutôt vernis le garçon et il fait les choses plutôt bien. Galerie, salle d’expo, ateliers, résidence d’artiste : les Vivres de l’Art est une association qui outre un parc de jeux en plein air complètement barré, propose plein de trucs à retrouver ici (le site web). Crois-moi promeneur innocent de Bordeaux et d’ailleurs, ça vaut le coup d’aller faire un tour dans ce quartier coupe-gorge en réhabilitation. Tu pourras toujours te défendre avec le canon à particules si tes enfants te laissent jouer avec.

Les Vivres de l'Art - Bordeaux

1- HQE : Haute Qualité Environnementale. 

2- Turnérienne : En référence au peintre anglais William Turner. N’allez pas voir le film de Mike Leigh c’est une merde innommable sauf pour apprendre qu’avant de mourir Turner se serait exclamé « Sun is God ». Super. 

Infos (très) pratiques

Les Vivres de l’Art 

2bis rue Achard

Place Raulin

33000 Bordeaux

Tram B : arrêt Achard (logique non ?)

site web ici.

Horaires d’ouverture (pour les ateliers et résidences et accueil en tout genre, le parc est en plein air je vous ai dit donc vous y allez quand vous voulez !)

de 10h à 12h30 et de 14h à 18h en semaine et le week-end et jour fériés en fonction des expositions. Sur rendez vous pour les groupes.

Taggé sur :                

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *